Les Chasseurs Ardennais au retour du Mali : «L’esprit de cohésion a comblé le manque des proches»

Ce 13 janvier, l’attente semble interminable pour les familles des Chasseurs Ardennais au bar de l’aéroport militaire de Melsbroek. Certaines sont accoudées aux tables hautes. D’autres sont assises autour des tables rondes. Toutes trépignent d’impatience. Elles s’observent du coin de l’oeil. Peut-être se demandent-elles quels seront les premiers mots après quatre longs mois de séparation. Ces mois où les hommes du Bataillon ont participé à la mission EUTM Mali (European Union Training Mission), la mission européenne de formation de l’armée malienne. C’est la Belgique qui en est aux commandes pendant une période de un an…

Scruter les zones de danger

Les chasseurs Ardennais ont l’habitude de partir en mission. Au Mali, ils ont assuré la protection des instructeurs de la mission européenne de formation des Forces Armées maliennes (FAMa). Pour remplir cette mission, le Bataillon de Chasseurs Ardennais était appuyé par le 3ème Elément Médical d’Intervention, le 4ème Bataillon Logistique mais également par le 4ème Groupe Systèmes de Communication et d’Information.

Ils étaient déployés au sud du Mali, dans le camp de Koulikouro et dans la capitale, à Bamako. Le capitaine Quentin, commandant du détachement force protection nous explique cette tâche délicate.

Une cohésion de groupe remarquable

Le signal est donné ! L’avion vient de se poser sur le tarmac. Les familles se dirigent vers le couloir d’arrivée. En quelques secondes, c’est un attroupement. Les premiers hommes franchissent la porte d’un pas décidé. On perçoit néanmoins immédiatement la fatigue sur leur visage. C’est le temps des premières étreintes, des embrassades,…du soulagement.

La joie est intense. L’émotion est palpable. La famille est au coeur des premières impressions. Une page se tourne…

La séparation avec la famille est difficile, voire douloureuse pour certains. Ce paramètre est pris en compte par l’armée avant le départ des hommes. Des réunions d’information sont prévues afin d’expliquer aux familles ce que le Bataillon va réaliser au Mali.

©Adjt Orban D

Sur place, l’entente et l’esprit de cohésion qui règnent dans le groupe sont essentiels pour les hommes. «Cela nous permet de supporter cet éloignement et cette absence de nos proches», nous confie le lieutenant Benoit du 4ème Bataillon logistique.

 

 

Au-delà de la vie en groupe au sein du Bataillon, d’autres liens se tissent. Ceux avec la population malienne.

© Anthony Desait

«La population nous voyait comme un vecteur de sécurité au niveau de la ville de Koulikouro et au niveau du Mali. En général, les contacts avec la population sont très faciles. Les gens sont très accessibles et très souriants», témoigne Maxime, officier de renseignement.

 

Quatre mois d’absence, cela ne signifie pas quatre mois sans communication avec les proches. Heureusement, les nouvelles technologies permettent également de combler ce manque, comme l’explique le lieutenant Benoit. Le réseau internet a été conçu en priorité pour permettre le contact avec les familles.

Retour à la réalité 

Après les retrouvailles touchantes et les premières impressions sur leur aventure, ils ne rêvent déjà que d’une chose : rejoindre leur petit nid douillet. Bagages à la main et enfants dans les bras, ils se dirigent vers la voiture familiale.

©Christophe Reyns

Les Chasseurs Ardennais ont six semaines pour se remettre de la mission et se reconnecter avec le plat pays. Une tâche qui est tout aussi difficile. Le retour doit se faire en douceur, accompagnés de leurs proches. L’actuel chef de corps du Bataillon de Chasseurs Ardennais, le lieutenant-colonel BEM Etienne Goudemant, revenu du Mali en décembre, nous explique ce processus.

 

Prochaine étape pour eux : appuyer la police à Bruxelles. À l’heure où j’écris ces lignes, les premiers Chasseurs Ardennais sont déjà en position

Christophe Reyns

Journaliste belge indépendant de 27 ans. Passionné par le paysage médiatique et politique, j'aime faire le récit d'histoires en fonction de l'actualité quotidienne. Radio, photo, vidéo, multimédia, réseaux sociaux : je tente d'allier chaque média avec justesse pour montrer une autre vision de l'actualité. Mon univers se forme au gré des rencontres !

More Posts - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - Google Plus - YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *